Alias Kaouritin, Kaour
Lieu et époque de sa vie Né en Cornouaille armoricaine, IVe – Ve siècles
Inscription martyrologe romain
Attributs poisson, mitre et crosse épiscopales
Fête 12 décembre
Hagiographie
Né en Cornouaille armoricaine en 375, il se retire dans la forêt du Nevet et construit son ermitage à Plomodiern près d’une fontaine. D’après la légende, un poisson y vivait et, pour se nourrir, le saint en prélevait chaque jour un morceau qui repoussait miraculeusement.
Le roi Gradlon le fit consacrer évêque à Tours par saint Martin et créa à son intention le siège épiscopal de Quimper. Sa présence comme premier évêque de Quimper est reconnue historiquement au concile d’Angers de 453. Il mourut le 12 décembre 460.
(Réf. : Wikipedia, Bernard Rio)
Vénération
Il est le saint patron de Quimper dont l’ancien nom est Quimper-Corentin
Il est invoqué pour obtenir la guérison des aveugles, muets, sourds, boiteux, possédés.
Lieux où il est honoré dans la vallée de l’Elorn
Dirinon
> église Sainte-Nonne – retable de la Trinité : statue, bois polychrome et doré, début XVIIIe
> église Sainte-Nonne – lambris peints : peinture sur bois, 1715, par Pierre Bechennec et François de Launay

Loc-Eguiner-Ploudiry
> église Saint-Eguiner – vitraux : saint Corentin, vitrail, XXe

Pencran
> église Notre-Dame – bas-côté sud : statue, pierre polychrome, XVe

Saint-Divy
> église Saint-Divy – bas-côté sud : saint Corentin, vitrail, 1931, atelier Rault